vendredi 25 mars 2011

SIDDHARTA AU PALAIS GARNIER





Pour ce ballet contemporain, Angelin Preljocaj s’inspire de l’histoire de Siddharta Gautama ou le Bouddha, ce chef spirituel à l’origine du bouddhisme.
Né à Kapilavatsudans le Teraï népalais, issu d’une famille de guerriers aristocrates, il était le fils de la reine Mayadevi et du roi Suddhodana. À 29 ans, découvrant la souffrance de son peuple, il fuit le palais et commence une vie d’ascèse et de méditation.  (Izrine, 2010; p. 4)
Mais l’histoire de Siddharta n’est en fait que le fil conducteur, une inspiration dont Preljocaj offre une lecture totalement personnelle où il aborde les thématiques de l’épreuve, du dépassement et du sacrifice dans la quête d’un absolu. (Joel, 2009; p. 77)
Ce nouveau spectacle a demandé un travail acharné au niveau des costumes. Le metteur en scène a longtemps cherché le style de costumes qui permettrait de faire passer le message désiré. Ainsi, plusieurs toiles ont été réalisées, plusieurs costumes ont été modifiés et même remplacés. 

Ce manteau devait, à l'origine, être porté par le roi. Créé à partir d'une laine bouillie de 1 cm d'épaisseur dont on a recouvert l'intérieur de feuille d'or et l'extérieur de silicone, On a préféré conserver que la structure métallique soudée pour le spectacle. Le roi s'est ainsi retrouvé avec une sorte de cage-manteau. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire